poubelle


Ce texte est une réflexion à faible exhaustivité.
Je synthétise pour moi, tous vos commentaires précédents qui sont complémentaires.

L’instinct qu’ont gardé les animaux, leur permet de survivre au milieu des dangers qui les entourent.
Car, ne nous leurrons pas sur la Nature pacifique imaginée à partir de l’Amour maternel des dauphins, la Nature est parfois/souvent cruelle, c’est la réalité, et c’est valable pour toutes les formes de vie.
Issu de la même matrice naturelle que les animaux, l’Homme est une EVOLUTION (Darwin) née de beaucoup de « hasards » (guillemets !!). Il en est à un stade, si « évolué », qu’oubliant (par l’atrophie de ses sens) ses facultés premières, disons animales, il a provoqué une REVOLUTION de l’écosystème (par avidité, gaspillage…).
L’ego (je suis plus intelligent que la bête !) freinera tout retour, ça c’est du sûr !
Donc l’Homme poursuit son chemin qui passe par une nouvelle adaptation à l’environnement qu’il détruit. Cette destruction est le fruit pourri abandonné par des impatients et des insouciants qui disparaîtront avant l’Ultime, et qui ont « perdu » l’instinct de préservation au fond de leur porte monnaie !

Comment se fait il que l’Homme soit le seul être vivant a ne plus être doté des « moyens » autonomes pour survivre ? Pourquoi, il y a longtemps, a-t-il éprouvé le besoin de se protéger du froid (fourrures et feu..) pour ne pas mourir alors que le singe, notre grand père a lui, gardé ses poils?

Dans le même temps, disparaît aussi le « Croire Universel et Unificateur ».
Quand il n'y en a plus, les bras de l’espoir tombent de désespoir!

Donc, l’Homme commet de grossières erreurs (ce qui le rend « antipathique » aux yeux de certains qui doutent de plus en plus de la confraternité de l’espèce...), et perd dans le même temps ses facultés animales. Je suis comme vous, j’observe la métamorphose physique de l’individu sus nommé, et je pense qu’il aspire à devenir juste… Un Esprit …Individuel. Ou qui s'individualise, c'est selon.
Fuite devant l’effort, farniente improvisé devant la télé, attirance extatique (extasique si je peux me permettre ce néologisme) pour des gourous à sornettes, oui, ceux là qui sont comme des serpents, etc etc etc…
Et puis il y a cette peur de la mort qui conditionne énormément les actes humains.

Mais un esprit pour penser a besoin de protéines.
Que va-t-il nous trouver quand il n’y aura plus rien?
Chéri(e) ! Quand tu me regardes comme ça, tu m’aimes vraiment ou t’as faim ? Au secours !!!

Bon WE, et merci sincèrement…Allez vite profiter de l’Amour qui existe encore.
Il y en a plein… Partout… Mon instinct me le dit ;)