synchronicite012


Il y a 50 ans, Carl Gustav Jung, disciple de S. Freud,  publiait le concept Synchronicité.

Avec l’aide du physicien W. Pauli, C. Jung avançait, que la synchronicité est la réalisation de deux événements qui ne sont pas provoqués par un lien de cause à effet (causalité) mais qui sont pourtant clairement associés.
C’est le cas de la rencontre entre un événement physique extérieur et un état psychique intérieur, qui n’ont aucune relation entre eux mais qui prennent une signification pour celui qui vit cette rencontre et la considère comme un " signe ". Il a montré aussi que le concept est réversible

Pour clarifier, et pour vous aider dans le vocabulaire employé :

La causalité : c’est le relation de cause à effet. Si je marche (cause) sur la queue du chat, il miaule (effet).

La synchronicité : Si je marche sur la queue du chat il miaule (évènement physique), alors pour le consoler je le porte sur mes genoux en regardant la télé. Il y a justement un dessin animé de Titi et Gros Minet et le Gros Minet se fait lui aussi marcher sur la queue (mon psychique est peiné de ce qui est arrivé à mon chat)!

Vous êtes parfois témoins de situations qui vous amènent à penser:
"Ceci est une coïncidence!".

Voici quelques témoignages :

Jung, au cours d'un rêve, rencontra un personnage muni d'ailes de martin-pêcheur. Jung voulut dessiner le personnage afin de se souvenir de cette image. En dessinant, il aperçut le cadavre d'un martin-pêcheur dans son jardin. Ces oiseaux sont extrêmement rares dans la région de Zürich. Cette situation  coïncidait avec d'intenses émotions intérieures.

Des gens rêvent de quelque chose, comme la mort d'un ami, et découvrent au petit matin que leur ami est décédé cette même nuit. Il arrive aussi que des personnes pensent à un ami et qu'au même moment cette personne les appelle au téléphone. D’où vient cette connexion imprévue entre une pensée forte et une manifestation physique?

Une dame avait remarqué qu’à la mort de sa mère et à celle de sa grand-mère, un grand nombre d’oiseaux s’étaient rassemblés devant elle. Or, un jour, son mari cardiaque fut terrassé dans sa chambre par une crise. Cette femme qui arrivait, vit alors un groupe d’oiseaux sur le toit de leur maison. Le signe était pour elle évident. Avant de rentrer chez elle, elle savait que son mari était mort.

Une autre patiente de C. Jung rêva d’un scarabée doré, qui était le symbole de la régénération dans la religion égyptienne. Or, tandis qu’elle décrivait son rêve à Jung, un insecte entra dans la pièce par la fenêtre ouverte : c’était un scarabée.

La plupart appelleraient cela des coïncidences ou essayeraient de montrer qu'elles sont le fruit du hasard. Mais pour Jung, ces témoignages indiquent la manière dont nous sommes reliés avec les autres Hommes ainsi qu'avec la nature dans son ensemble.

Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.
Et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.

(Phrase qui est déclinée maintenant sous plusieurs formes)

 On peut dire que l'universel se reflète dans le particulier. Il devrait donc être possible de tirer des conclusions au sujet d'évènements terrestres à partir des constellations planétaires. La position des corps célestes à un moment spécifique, en reflétant les qualités de ce moment, reflètent également les qualités de tout ce qui a vu le jour à ce moment-là ... L'un ne cause pas l'autre; ils sont synchroniques et se reflètent l'un l'autre.
Cette notion considère toute chose dans l'univers comme étant interconnectée aux autres d'une manière significative. Cet état d'esprit qui suppose des relations entre les phénomènes qui se produisent simultanément est commune à l'astrologie (Pas celle des clowns à 3 euros la minute et autres « prédicateurs horoscopiques »), et à la synchronicité de Jung.

Vous pouvez consulter sur Internet et dans des publications rigoureuses jusqu’où la science intègre maintenant la synchronicité. (Ces informations sont retrouvées dans différentes publications en France et à l’étranger).

 

A suivre…  Où je vous dirai pourquoi je parle de la synchronicité...