moai0015

Sur une terre perdue au milieu de l’océan Pacifique, d'étranges statues (Les Moaï, prononcer moaille) se dressent dans la solitude désolée de Rapanui, nom donné par les Tahitiens à l'île de Pâques qui est aujourd’hui un département du Chili. Le jour de Pâques 1722, l’île est découverte par un explorateur: la date donne son nom à cette nouvelle terre.

Les témoignages sont très maigres de ce qu’était la vie des pascuans et certains mystères demeurent encore de nos jours… Pourquoi et par qui les yeux de corail blanc des statues ont-ils été arrachés ?

L’homme oiseau :
Le Roi, ou chef militaire de l’île était choisi chaque année au printemps, après une cérémonie religieuse consacrée au culte de l’homme-oiseau et consistait , pour les prétendants au trône, à s'emparer avant les autres, du premier oeuf pondu par les sternes, hirondelles de mer, sur un l'îlot voisin. Le vainqueur (en fait, chaque prétendant était représenté par son meilleur guerrier) incarnait sur cette terre le Dieu créateur de l'Univers.

 Rapanui est un culte bien commode
Qui nous instruit en bon pédagogue,
De l'Homme Oiseau renouvelant l'expérience
Des Anciens qui régnaient en maîtres des sens
Pour atteindre un degré vertigineux de noblesse,
Lorsque tout nouveau Roi gouvernait de sagesse...

Rapanui est l'Histoire de la Vie qui dure au delà...

Les statues immenses traversent les ans. Mes petits pas ont foulé cette terre à la découverte spirituelle d’une civilisation disparue et l’émotion ressentie devant ces vestiges allégoriques ne m’a jamais lâché… Une énergie très puissante est restée en moi… Jusqu’à envahir mes rêves quelques fois…

Je suis maintenant enfermé dans un Maraé *,
Il y a un trait de lumière qui filtre à travers les rochers,
Et une voix qui m'appelle...
Je ferme les yeux, mon corps s'élève...

La voix est là qui me libère...
Je suis au dessus de ce lit de pierres,
Je n'ai plus de référentiel,
Je navigue en plein ciel,
Au gré des Alizés, sans me retenir,
Je vole vers Rapanui sans pouvoir atterrir.
Les têtes sont là, majestueuses,
Je les frôle à volées curieuses...
Je les sens chargées de sangs et de sueurs,
Qu'y ont ils introduit à l'intérieur ?
Les chants? Les cris? Les âmes
Des guerriers aux charges de flammes?

De ces têtes ils ont arraché les yeux de corail,
Pour les rendre aveugles et gagner la bataille.
Vous êtes si belles et si fortes représentations Moaï,
Vous passez heureusement le temps qui vous assaille...

* Sanctuaire, construit de pierres et qu’on retrouve dans toutes les îles polynésiennes.

PS: Je me souviens d'un film assez ancien, dans lequel étaient mélés une histoire d'amour et le culte de l'homme oiseau. Je cherche... Vous avez une idée?