balancoire

                        Dans la clairière que borde la foret,
                    Se dresse un grand chêne solitaire.
                Il est là, par le troupeau abandonné.
            Vieil éléphant dans un cimetière…

                                                         Le soleil darde sur lui ses rayons du matin
                                                          Le blesse très cruellement en le révélant au jour.
                                                            Il est vieux, le sent plus qu’il ne le craint
                                                              Mais la sentence se répète, il l’entend tout autour.

Houlala qu’il est vieux ce chêne !
N’est il pas dangereux ou capable de l’être?
Mais de quel âge peut il bien naître ?
Tu as vu tous les trous dans le liège ?

Ces phrases le blessent autant que les outrages du temps
    Qui ont laissé sur son écorce les traces de mille printemps,
        Creusé le tronc en d’énormes béants offerts aux minuscules prédateurs
            Ceux là même qu’il supportait, et qui maintenant ont grignoté son cœur.

                                         Un peu plus chaque jour, il sent chacune de ses branches mourir
                                        Certaines se détachent déjà quand la sève ne peut plus les nourrir,
                                       Sa puissance qui se jouait de la Nature, la combattait
                                      N’est plus qu’un spectre aux ramures noires et décimées.

                                                    Sur sa plus forte branche basse du passé
                                                       Pendent deux souvenirs de cordes effilochées
                                                          L’une noue encore une petite planche
                                                             Que ne balance plus rien que le vent…

                                                               On ne lui fait plus confiance, par peur
                                                              Sa vieillesse est devenue sa laideur,
                                                            On lui a retiré les rires des enfants
                                                          Alors il attend…

      Il attend, espère tous les matins, implore l’horizon,
      Suppliant chaque nuée noire où se concentre la foudre
      Offrant son tronc abîmé aux cieux prêts à l’absoudre
      Il attend le grand sommeil pour que finissent ses illusions.

                                  Car ses illusions sont toujours là qui freinent le fatal
                        Tournoyantes dans sa tête au sommet du tronc
                 Là où quelques feuilles encore se dresseront,
                       En humbles dernières prières adressées au Végétal.

Lui qui aura tant puisé dans la Terre,
Transformé des airs vivants, nécessaires,
Il chante encore au bruissement des vents
Pour les offrir au ciel…Là où il n’ira jamais…

J’ai ramassé des bouts de son bois mort,
Posé ma main, doucement contre son corps,
Et je lui ai dit pour le rassurer :
          « Je lui raconterai au ciel, je te le promets »
          « Pour que dans nos souvenirs d’enfant, tu vives encore… »

.