La langue française est, paraît il, d’une grande richesse. Mais si on mesure le nombre de sens que possède chaque mot, je serais tenté de dire que notre langue est riche d’embrouilles qui papillent elles aussi.

Quand nous écrivons pour dire nos pensées, c’est fou ce que les mots peuvent entraîner de sens différents à la lecture, et bien, avec quelques personnes j’ai découvert encore autre chose depuis tout petit. J’ai découvert que les mots voulaient aussi se faire entendre pour ajouter à la confusion, empruntant à notre subconscient d’autres sens, qui sont parfois opposés à la direction de l’écrit.

A l’oral tout devient magique !!! C’est pour ça que j’aime bien jouer avec les sonorités ou expressions car le jeu avec les mots donne l’impression d’une naissance curieuse en des endroits impossibles ! C’est exactement ce qui se passe avec la saison nouvelle qui nous arrive ici et maintenant…Partout !


printemps_2008

Sais tu ?
Dans chacun de nous il y aurait un jardin.
Secret disent certains,
Pour cacher…
D’autres disent qu’il y a une île.
Une île avec un L,
Pour fLotter…
Comme dans hirondelle !
Ah ben non, il y a deux L à hirondeLLe
…Pour voler…

Vois tu ?
Vois tu le secret pour entourer l’aile de l’île dans l’eau
Il est celui du E de l’œil…Le E dans l’O devant l’IL…
Vois tu le secret pour voler dans l’air ?
Il est comme le R de Regard
Pour se donner l’air de voiR…

Crois tu ?
Crois tu que des paroles restent quand s’envolent les cris
Avec leurs hurlements comme pour…Blesser…
Crois tu que l’écrit reste, et les paroles s’envoLent
Avec un L  comme pour souLager…

As tu compris ?
As tu compris ce que je voulais que tu comprennes ?
Car moi, vois tu, avec mon air d’aimer toutes les ailes,
Je comprends les hirondelles de mon modèle d’île.

Je me comprends…
Dans ce texte, en secret,  le « il » fut « elle »,
Mon elle telle qu’aile, et mon île futile…

Mesdames, il y a beaucoup à appendre sur notre il
Et inversement messieurs, à prendre sous votre elle…

Ces deux dernières phrases veulent tout dire…Ou presque rien…
Leur écho était déjà tapi en chacun de nous, se tenant prêt à résonner.
Alors il ou île, ou, elle ou aile, leur air tentera de nous conditionner
Mais c’est en chacun de nous que s’entend le mal compris ou le bien.
Bien entendu…

En retour des « L » qui composent l’hirondelle,
Moi, je sais, je vois, je crois, j’entends aussi le Printemps qui bat !


PS : Hum hum…Vous allez dire, ça bourgeonne bizarrement dans sa tête à ce garçon. Quand arrive la belle saison il n’a plus toute sa raison !
Ben oui, j’avoue, quand je suis content je mélange en secret les genres, les significations et les passions.

.